La pollution diminue la taille des télomères des enfants

Les bébés exposés dans l’utérus à des niveaux élevés de pollution de l’air ont des télomères raccourcis, donc un risque plus élevé de maladies.

La pollution atmosphérique modifie la taille des télomères des enfants, selon les résultats d’une étude publiée dans la revue médicale Environnement International. Les télomères sont des sections spécialisées de l’ADN qui permettent de copier fidèlement les chromosomes pendant la division cellulaire. Cependant, à chaque cycle, les télomères raccourcissent, entraînant une perte progressive de la stabilité génomique. La longueur raccourcie des télomères a été associée au cancer et aux maladies cardiaques, au déclin cognitif, au vieillissement et à la mort prématurée.

Selon Top Santé, les chercheurs de la Mailman School of Public Health de l’Université Columbia aux Etats-Unis ont mené une étude avant et après la fermeture en 2004 d’une centrale à charbon à Tongliang, en Chine pour évaluer l’impact de la pollution sur la santé des enfants.

LA POLLUTION RÉDUIT LA LONGUEUR DES TÉLOMÈRES

Les scientifiques ont analysé la longueur des télomères dans le sang du cordon ombilical de 255 nouveau-nés, dont la moitié était née avant la fermeture de l’usine. Chez les bébés nés avant la fermeture, les chercheurs ont trouvé des taux plus élevés d’un biomarqueur de l’exposition aux hydrocarbures aromatiques polycycliques, une composante toxique de la pollution de l’air par les centrales au charbon. Ces niveaux élevés dans le sang de cordon ont été associés à des télomères plus courts, ainsi qu’à des niveaux plus faibles d’une protéine impliquée dans la croissance neuronale.

Ainsi, Tang, professeur de sciences de la santé environnementale à la Mailman School explique que : « La longueur des télomères à la naissance d’un individu est connue pour influencer le risque de maladie des décennies plus tard à l’âge adulte,  un suivi supplémentaire est nécessaire pour évaluer le rôle que joue la longueur des télomères dans les résultats de santé dans le contexte de l’exposition précoce à la pollution de l’air. » souligne-t-il

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *