Boun Abdallah Dionne chez le Maire Bamba Fall : halte à la fumisterie politique !

On aura tout vu dans ce pays qui s’appelle le Sénégal. Pour les besoins de présentation de condoléances au Maire socialiste (tendance Khalifa Ababcar Sall) de la Commune de Médina,  Bamba Fall, qui vient de perdre son oncle,  le Premier Ministre Muhammad Boun Abdallah Dionne a fait, himself, le déplacement chez le «garçonnet» contrit, voire attristé de Khalifa Sall.

Le chef du gouvernement  y était, selon ses dires, au nom du Président de la République son Excellence Macky Sall. Un geste non veuf de signification(s), du moins, pour tout observateur averti de notre scène politique. En procédant ainsi, le pouvoir donne l’impression ou l’intention de vouloir s’incruster dans une posture lénifiante, apaisante. Tant la nature heurtée des relations entre Bamba Fall et le régime en place est flagrante comme un baobab au beau milieu du désert.

L’édile de la Médina s’est toujours distingué par ses diatribes, sa fougue et sa détermination infaillible contre l’Etat incarné, de nos jours, par «Koor» Marème. C’est vrai que la mort a souvent ce génie de rassembler, souventefois,  des positions contraires mais, l’on peut dire sans risque de trahir la vérité,  que l’affaire dite «Khalifa Sall» démange ceux qui nous gouvernent. Et tout contexte est propice pour l’enterrer, en finir avec lui, politiquement.

Le Président Macky et ses inconditionnels ont saisi, cette manière si, la balle au rebond…funeste pour aller vers un dégel dans la fâcherie qu’ils entretiennent avec le premier magistrat de Médina ce, depuis l’incarcération du Maire de Dakar pour gestion supposée désastreuse  de la Caisse d’avance et,  même, bien plutôt. Mais, combien de responsables ou membres éminents du parti présidentiel ont perdu des proches sans bénéficier de cette commisération ? Les exemples ne se comptent plus sur les doigts d’une seule main.

Aujourd’hui, il est avéré que le Président de la République qui est obnubilé par un second mandat ne rate aucune occasion pour trucider , au mieux,  l’autre «Sall» proie. Khalifa va, certainement, se faire des soucis au fond de sa cellule. Mais, pouf ! Comme la politique n’est pas rectiligne…

Ngom/DAMEL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *