Averti de sa défaite, Macky force le destin ; le syndrome de Sarkozy guette

Après le budgétivore et inopportun Haut conseil des collectivités territoriales, le Président Macky vient de mettre sur pied le Conseil supérieur de la fonction publique locale, qu’il a promis d’appuyer, financièrement s’entend ; ceci tandis que des milliers d’étudiants sont dans la rue et que le système éducatif est de plus en plus grippé, du fait d’accords non respectés avec les enseignants et de retards de paiement des bourses. L’eau est même devenue une denrée rare.

Les hôpitaux manquent de tout. Les Sénégalais meurent comme des mouches dans les routes. Tout ça à cause d’une mal gouvernance ! C’est pourquoi Macky Sall a sidéré plus d’un Sénégalais à l’occasion de l’installation de ce Conseil, en demandant aux collectivités locales d’être « rationnelles dans leurs dépenses ». Car il est le premier à dilapider les ressources du pays, en prêtant même l’avion présidentiel, et à ignorer le sens des priorités. Macky Sall n’a pas hésité à vendanger le pétrole et le gaz en signant des licences occultes, avec son frère Aliou Sall comme prête-nom. Il a relégué l’Education et la Santé au second plan. Il préfère à ces deux secteurs-clés les mobilisations et mouvement pour sa réélection ; ses souteneurs peuvent dilapider 300 millions pour un seul meeting. La rationalisation des ressources, ils ne connaissent pas.

C’est pourquoi les directeurs qu’il nommés ne se gênent plus d’utiliser le budget des sociétés qui leur sont confiées, pour des publireportages hebdomadaires de leurs activités politiques, qui appauvrissent et fâchent les Sénégalais. C’est les cas de la Poste et de l’Adie, « libérés » même par le journal gouvernemental et petit-frère du « Soleil », Libération.

C’est donc dire qu’en invitant les collectivités locales à être « rationnelles dans leurs dépenses », Macky cherche seulement à détourner les regards sur sa boulimique politique de gabegie. Il n’est intéressé que par la politique politicienne, qui l’oblige à créer des structures pour caser sa clientèle politique. C’est pourquoi si par miracle, il obtient un second mandat, Macky va aussi ressusciter le Sénat, pour boucler la boucle. Mais tous les analystes et observateurs soutiennent qu’objectivement Macky Sall ne sera pas présent au second tour, à l’image du président Sarkozy.

Les services de renseignements français et même américains sont formels : Macky ne sera pas au second tour, c’est pourquoi leurs Etats se rapprochent de ses potentiels remplaçants. Hélas Macky n’aura pas le courage de Hollande, qui sachant ce qui allait lui arriver, n’avait pas cherché à forcer le destin en se représentant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *