Barthelémy magistralement offensé !

Il est le troisième maire socialiste à être emprisonné par le président Macky Sall, avec la complicité de Ousmane Tanor Dieng, celui que l’ancien président Abdou Diouf avait transmis sur un plateau d’argent le parti de Senghor.

Le Leg était trop lourd pour cet enfant de Ndiediene, un village niché dans le sine.
On parle rarement de cet homme,
Ousmane Tanor Dieng et pourtant tout ce qui est arrivé aux trois maires socialistes : Khalifa Sall, Bamba Fall et Barthelemy et ses camarades, trouve sa source chez cet homme, du reste le moins charismatique et le plus nul de l’histoire politique du Sénégal.

Il partage avec Macky Sall certains traits de caractère. Il est sournois, apparement cool, mais cache en son sein un sadisme sans commune mesure. Après tout ce qu’il a fait enduré aux Senegalais du temps de Diouf, sa place ne devrait pas être une institution taillée sur mesure et qui n’a aucune utilité. Je dis bien aucune utilité.

Si quelqu’un connaît l’utilité de ce machin qu’il dirige, avec, paraît il un budget de 50 milliards, qu’il me le dise ? De même que l’autre truc, plus ou moins similaire, dirigé depuis 2012 par madame Aminata tall, ce réservoir de militants aperistes et d’anciennes « amies » du Macky .

En choisissant de cheminer avec des vieillards de plus quatre vingt ans, le président Macky Sall a commis volontairement la plus grande faute qu’un président normal puisse se permettre dans un pays où le chômage des jeunes reste la principale préoccupation.Le chômage endémique au Sénégal !

Les jeunes et les moins âgés cherchent désespérément à servir leur pays, au moment où un certain Moustapha Niass, un Tanor et d’autres comme eux, dorment à la tête des institutions ou dans les Ambassades. Il y’a un temps à la retraite. Retraite administrative et même retraite politique. L’histoire retiendra et vous condamnera pour ces milliers de jeunes qui sont morts dans les océans à la recherche dune occupation leur permettant de vivre dignement.

Comploter avec Macky Sall contre ses propres camarades socialistes et pas n’importe lesquels, tous de grands responsables, qui ont en partage, leur dignité, leur conviction et leur attachement aux valeurs socialistes, Bilahi , Dieu ne vous le pardonnera jamais !

Rien ne retenait ces politiciens socialistes dans ce parti. Si ce n’est leur conviction . Un parti qui a régné pendant presque quarante ans au pouvoir, avant d’être balayé par un mécontentement populaire encadré par le courageux et charismatique chef de l’opposition d’alors, Maître Abdoulaye Wade. Un opposant de cette dimension, le Sénégal en réclame encore. On espère le retrouver chez le digne fils de son père, monsieur Barthelemy Diaz.

Le maire de Sicap Mermoz, est arrêté et mis en prison. Il est mis sous mandat de dépôt. Demain in sha Alla il fera face à juge. Quelque soit le juge auquel il fera face, ce dernier serait juge et partie . Et c’est cela qui a faussé déjà les règles du jeu. C’est un paradoxe .

La loi qui qui initie ce délit d’offense au président, à un magistrat, doit être extraite du dispositif juridique en vigueur dans un pays comme le Sénégal.

Pour la simple raison qu’un magistrat pour honorer une bonne carrière professionnelle et bénéficier des avantages, doit courber l’échine devant un vulgaire ministre de la justice, un politicien nommé par un président dont la caractéristique premiere est le reniement pour ne pas dire le mensonge. Disons le, celui qui ne dit pas la vérité, il ment !

Ce n’est pas parce que on porte la robe du magistrat qu’on doit être exempt de reproches.Un magistrat qui a échangé son honneur et sa dignité contre des ordres de l’exécutif , pour valider juridiquement un vaste complot, visant à affaiblir et même détruire une personnalité politique, ce magistrat est le premier à faire preuve d’offense. C’est lui qui a offensé tout une vague d’espoirs de jeunes, de femmes et de sympathisants.

Si dénoncer cela , c’est offenser les magistrats, c’est que y’a problème !
Enfin, Il n’y a rien de plus noble que la politique, mieux quand elle est faite dans les règles de l’art, mais se cacher derrière pour nuire et réprimer des adversaires et ceux qui ont choisi le camp du refus, si ce n’est pas de la dictature, c’est de la criminalité !
Laissez Diaz fils, libre sain et sauf !

Madere fall
USA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *