Idy sème la panique dans le Macky devant les Sénégalais qui ne savent que destituer

Le combat entre Macky Sall et son plus farouche opposant de l’heure, Idrissa Seck, devient de plus en plus intense et risqué. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si la ville de Thiès dont celui-ci a été l’édile a été choisie par l’armée mexicaine de Macky réunis dans le mouvement Horizon 2019 pour servir de tribune aux réalisations de leur mentor.

Et bizarrement presque simultanément le lendemain la presse a relayé qu’il y a des « soupçons de malversations financières et foncières » sur le candidat Idrissa Seck en sa qualité de Président du Conseil départemental de Thiès. Ils ne se rendent pas compte qu’ils lui font de la publicité et l’installent davantage dans le Sénégal, déçu de Macky. Ils vont en rajouté, car Idy ne risque point d’être entendu par les limiers les prochains jours.

Car une telle accusation fait partie des stratégies du régime pour tenter de le décrédibiliser moralement et aux yeux des Sénégalais, puisque toutes les récentes sorties d’Idy ont secoué le pouvoir jusqu’à obliger le Président de se prononcer sur l’accord qu’il a convenu avec son homologue mauritanien au sujet du pétrole et du gaz découverts à la frontière des deux pays. Idy, qui a aujourd’hui repris du poil de la bête ne pourra que faire davantage mal.

Car avec le régime de Macky chaque jour arrive ses scandales et davantage de graines pour le moulin de l’opposant Idy. C’est pourquoi en face on ne peut que tenter de le diaboliser et lui fabriquer de faux dossiers juridiques, pour tenter de déplacer le débat.

Mais à maintenant moins d’un an de la Présidentielle, Idy est conscient que les croassements des crapauds ne peuvent pas empêcher un lion de s’abreuver à la mare. Il s’y ajoute que les Sénégalais, qui ne savent pas élire un Président, mais maîtrisent l’art de destituer un chef qui se prend pour un empereur, peuvent trouver en Idy une alternative.

Car comme le fut Wade pour Diouf et Macky pour Wade, Idy s’est imposer comme le challenge contre Macky. C’est donc dire qu’entre les deux anciens Premiers ministres du « pape du sopi », on va vers une escalade qui va redistribuer les cartes en février prochain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *