Debattez Avec Idy !

« Parler, c’est avant tout détenir le pouvoir de parler » Pierre Clastres

Depuis la fin de l’éclipse du patron de Rewmi, des agitations de personnes dont le cycle normal de formation physio-motrice n’est même pas achevé, s’égosillent mieux mieux, pour, disent-ils lui apporter la réplique. Nous ne leur faisons pas le plaisir de les nommer, tant leur insignifiance les confine à des débats de caniveaux. Devraient-ils plutôt retourner aux enseignements du Pr. Idrissa seck Seck, prendre note et essayer de faire face aux réalités, pour le peu qui leur reste ?

Lors des interviews accordées au groupe Futurs Medias, nous pouvons, au moins, faire trois remarques.

La maitrise du « Logos » d’Idrissa Seck n’est plus à démontrer. On avait l’impression d’assister au déroulement d’un script avec ses moments forts, ses moments où il fallait casser le rythme est ceux où l’intonation (fluctuation de la voix), pour marquer la gravité ou non d’un évènement, est respecté.

On peut tout reprocher à Idrissa seck, sauf ne pas savoir où, quand et comment communiquer : La nouveauté relevée lors de la version wolof avec la Rfm, c’est le contrôle de l’exercice : Il a réussi à imposer un tempo à ces valeureux journalistes, en aménageant un interlude musical, « Exudos » de Youssou Ndour. En bon « marketer » et « sales », Il comprend une chose essentielle dans ce domaine : sans contrôle, pas de « closing ». Les feedbacks reçus après l’évènement renseignent à souhait sur la réussite de l’opération.
En définitive, la maitrise de la communication est l’apanage des hommes intelligents, flexibles et clairvoyants. Tel un phénix, il renait des cendres de ses détracteurs.

Le deuxième aspect à relever, c’est la maitrise des dossiers les plus complexes liés aux contrats de pétrole et de gaz, la pertinence et l’opportunité des investissements. Cela fait de lui, indiscutablement, un homme d’Etat. Celui-ci doit, en toute circonstance, insuffler une démarche qui ne vise que l’intérêt national. En somme, Idrissa Seck incarne ce leader global qui est seulement obnubilé par l’intérêt général.

Les questions sur l’effondrement du système éducatif, la « bombe sociale » (chômage massif des jeunes), le désarroi des agriculteurs, l’échec de la CMU, la justice manipulée ont été passés en revue avec précision, classe et détermination.

Le Président de Rewmi n’a fait que rappeler ce que tous les sénégalais savaient déjà : un pays où ses fils souffrent ! Cela peut se constater partout au Sénégal : Du Cayor au Sine-Saloum, en passant par le Baol. Le vœu le mieux partagé est le départ de Macky en 2019 !

Enfin, pour ceux qui reprochaient au Président Seck de ne point venir avec des propositions, ils ont dû déchanter. La proposition sur la réhabilitation de notre pays comme « République sénégalaise » est inédite, pertinente et libératrice. Force est de reconnaitre que notre pays a des valeurs sur lesquelles il faudra s’appuyer et briser les chaines mentales et physiques pour une véritable liberté et indépendance.

Mieux, Idrissa Seck nous rassure avec une note hautement républicaine en promettant qu’il ne sera pas le Président du Conseil Supérieur de la magistrature. Aussi, il ne présidera plus les reines de son parti. Eh bien, il a compris que trop de pouvoir mène vers une perte certaine de la notion de pouvoir.

Voilà une position réconfortante venant d’un prétendant à la magistrature suprême !

Ceux qui veulent débattre n’ont qu’à s’aligner derrière leur chef, le Président Macky Sall qui devrait faire face à Idy. D’ailleurs, le débat a bel et bien commencé et que le travail de l’APR devrait être une tentative de répondre aux vrais questions qui intéressent les sénégalais : ressources minières, sécurité, chômage des jeunes, enseignement, agriculture, santé etc.

L’APR est dans une logique très simple : à défaut de faire face à Idy de façon intellectuelle et intelligente, ils versent dans leur sport favori qui n’est rien d’autre qu’insulter.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *