Découverte d’un médicament qui rend le sang toxique pour les moustiques

Des scientifiques kényans en collaboration avec ceux de l’Ecole de Médecine Tropicale de Liverpool ont fait une découverte révolutionnaire en identifiant un nouveau médicament qui rend le sang humain mortel pour les moustiques.

Lorsque les moustiques piquent les personnes qui ont avalé ce médicament, ils tombent et meurent. Les scientifiques du Kenya Medical Research Institute ont testé le médicament, l’ivermectine, au centre hospitalier et de référence, Jaramogi Oginga Odinga de Kisumu.

Les chercheurs ont divisé 139 volontaires du Kenya en trois groupes. Les patients atteints de paludisme ont été choisi au hasard pour recevoir 600 mg/kg ou 300 mg/kg d’invermectine pendant trois jours.

Ils affirment que les moustiques qui s’étaient nourris du sang des patients ayant consommé la plus forte dose de l’ivermectine sont morts dans les 14 jours ou sont devenus faibles et ne pouvaient plus piquer. Ce médicament bon marché est largement utilisé au Kenya pour traiter les vers ronds.

L’équipe de Kemri a découvert que donner aux gens des doses deux fois et quatre fois plus élevées que la dose standard est toujours sans danger pour les humains, mais dangereux pour les moustiques.

Le directeur de Kemri, le Dr Yeri Kombe, a déclaré que les résultats seraient validés après des essais à grande échelle.

« L’ivermectine a le potentiel de jouer un rôle important dans la lutte contre le paludisme et répondra aux défis actuels, celui d’identifier les moustiques résistants aux insecticides standards utilisés sur les moustiquaires imprégnées à longue durée et les pulvérisations intradomiciliaires résiduelles », a déclaré le docteur Kombe cité par Star.

Les résultats de l’étude ont été publiés la semaine dernière dans « The Lancet Infectious Diseases », l’un des principaux journaux médicaux au monde.

L’étude propose d’ajouter de fortes doses d’ivermectine à un antipaludique afin de tuer à la fois le moustique et le parasite responsable du paludisme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *