Qu’est-ce qui fait courir les patrons de presse dans la politique?

C’est presque devenu un phénomène au Sénégal. A l’approche de chaque élection présidentielle, on assiste à la naissance de nombreux mouvements politiques qui sont portés pour la plupart, par des politiciens et des intellectuels. En 2012, Youssou Ndour le président directeur général du Groupe futurs médias (Gfm), lance le mouvement Fékké ma ci boolé et se proclame candidat à l’élection présidentielle. Le chanteur verra sa candidature rejetée par le Conseil constitutionnel. Il va néanmoins, contribuer à l’élection du président Macky Sall. Ce dernier lui confie le ministère la culture dans son premier gouvernement. Ensuite, Youssou Ndour est devenu ministre du tourisme et des loisirs dans le second gouvernement du président de la république. Aujourd’hui, il est ministre conseiller auprès du chef de l’État. Ce qui ne l’empêche pas de mener à bien sa carrière artistique et présider aux destinées de Gfm.

C’est au tour de Bougane Gueye, le patron du groupe de presse D-Médias de faire irruption dans le champ politique. A la tête de son mouvement baptisé Guem sa bopp, il multiplie les tournées à l’intérieur du pays et dans différentes communes de Dakar.

Parmi les patrons de presse qui veulent peser de leur poids sur l’avenir du Sénégal à l’issue de l’élection présidentielle de 2012, il y a le doyen El Hadji Ndiaye. Le patron de la 2S tv, première télévision privée du Sénégal, va bientôt lancer le mouvement Demain le Sénégal.

Y a-t-il quelque chose qui fait courir les patrons de presse en politique? Il faudra prendre en compte la présence massive de leurs collègues de la presse écrite dans les prairies vertes du pouvoir, pour avoir une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *