Gabon : Marie Madeleine Mborantsuo inquiète

La Présidente de la Cour Constitutionnelle du Gabon, Marie Madeleine Mborantsuo est impliquée dans une mafia concernant l’ouverture d’un compte bancaire en France et au Liban. Un fait qui inquiète à l’approche des législatives du Gabon prévues dans le courant de ce mois-ci.

Pourquoi la Cour Constitutionnelle du Gabon ne fait pas un travail sérieux qui pourrait rassurer acteurs politiques et ceux de la société civile ? La question taraude l’esprit sur la scène internationale y compris même dans le pays. Le Gabon, un pays qui a connu des bouleversements non moins importants, à cause de certaines réformes qui n’honorent pas le pays.

Elles ont des répercussions néfastes sur les principales institutions de l’Etat. Aussi, est-il nécessaire, par une procédure de révision adaptée, de concilier cette stabilité essentielle avec un incontestable besoin de mutation. « C’est tout l’équilibre que le constituant gabonais a toujours privilégié depuis la conférence Nationale de mars-avril 1990 » avait pourtant indiqué, Mme Mbobarantsuo.

Malheureusement, tous constatent des magouilles pour tromper l’opinion. Alors qu’en réalité, tout est archi –faux. Ce même constituant n’a jamais eu la sagesse de mettre en place une procédure suffisamment rigide pour éviter toute révision intempestive et irréfléchie, mais plus encore, par les dispositions de l’article 117.

En tout cas, à quelques jours des législatives, acteurs politiques et membres de la société civile se doutent encore de cette cour constitutionnelle. Ces derniers ont fait rappeler les récentes accusations dont la présidente de la cour constitutionnelle du Gabon fait l’objet. Pour dire vrai, le Gabon est en danger énorme. La communauté internationale doit parler avant qu’il ne soit tard.

Alfred Gomis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *