Zinguinchor : la marche des enseignants vire aux affrontements avec la police

Des blessés et d’enseignants arrêtés, c’est le bilan d’un affrontement, ce matin, à Ziguinchor entre les forces de l’ordre et les enseignants.

Interdits de marcher dans les rues de Ziguinchor, comme c’était le cas à Dakar, à Kaolack et Saint Louis, les enseignants se retrouvent dans le lycée de Djignabo pour y tenir une assemblée générale. Dans cet établissement, les enseignants ont cracher du venin sur le préfet qui a interdit leur marche mais qui a mobilisé un dispositif impressionnant de policiers pour faire respecter son arrêté.

« J’ai discuté avec le Commissaire qui nous demander de circuler. Je lui ai opposé un niet catégorique. Ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent mais nous ne sommes pas prêts à prêter les flancs devant ce dispositif impressionnant de policiers », déclare Abdou Faty, leader syndical.

Et Saourou Sène de renchérir pour s’indigner : « C’est vraiment contradictoire. La moitié de ce dispositif policier seulement pouvait encadrer notre marche pacifique. Mais le gouvernement veut utiliser le langage de la force.Nous allons nous opposer ».

Mais selon des témoins sur place tout a dégénéré quand les enseignants ont voulu, à partir du Rond point Jean Paul II regagner la préfecture.
Du coup on assiste alors aux tirs des gaz lacrymogènes contre des pierres lancées par les enseignants. Dans ce rapport de force, certains enseignants sont blessés d’autres arrêtés par la police.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *