Education: La crise s’éternise

Négociations, manifestations, échauffourées : la crise du secteur éducatif prend des proportions inquiétantes. La situation continue de se dégrader. Aucune visibilité pour l’apaisement des tensions sociales car les syndicats d’un côté et le gouvernement de l’autre, semblent aller dans un bras de fer sans précédent, au point qu’une prolongation de l’année est envisageable.

Le cahier de revendications des syndicats d’enseignants et les propositions du gouvernement ont finalement plombé le déroulement correct des enseignements apprentissages pour l’année académique 2017/2018.

On peut affirmer sans risque de se tromper que cette crise était prévisible. A peine que les rideaux se sont baissés sur la session pré-rentrée 2017-2018 entre acteurs du système éducatif en septembre 2017 à  Saly, les syndicats d’enseignants ont sonné l’alerte. La sortie du ministre de tutelle sur l’indemnité de logement soutenant que ce point n’est pas inscrit dans le budget 2018 de son département les a irritée.  Abdoulaye Ndoye, secrétaire général du Cadre unitaire des enseignants du moyen secondaire (Cusems) s’indigne et déclare que les enseignants seront intransigeants sur cette question.  «Je préfère leur dire la vérité. Cette question n’est pas inscrite dans le budget de 2018. Si c’est la question qu’il faut pour avoir une année apaisée, elle sera difficile», avait pesté Serigne Mbaye Thiam. En janvier, le dépôt des préavis de grève se multiplie. Les syndicats d’enseignants passent tour à tour au ministère de la Fonction publique, pour faire savoir les points de leur indignation qu’on peut résumer au respect du protocole d’accords.

Expiré sans que le gouvernement ne donne un signal fort, les syndicats d’enseignants, tous ordres confondus, ont décidé de reprendre le cheval de bataille pour amener l’Etat au respect des accords signés. Les syndicats les plus représentatifs (G6), notamment le Saemss, le Cusems, le Sels, le Sels/A, l’Uden et le Snelas/Fc et les autres syndicats autour d’un inter-cadre annoncent des plans d’actions composés de débrayage et de grèves totales. En plus, les camarades de Saourou Sene appellent au boycott des évaluations et cellules pédagogiques. Mis en minorité lors des dernières élections représentatives, les syndicats dits non représentatifs joignent leurs forces.

C’est ainsi qu’ils se sont regroupés en inter-cadre des Syndicats d’Enseignants composés du Grand Cadre, de l’Union syndicale pour une éducation de qualité (Useq), de l’intersyndicale pour la défense de l’école et des enseignants (Idee) et la Fédération des enseignants (Fed-er). Sans tarder, ils annoncent des débrayages et grèves. C’est le début d’un mouvement de lutte qui, après l’ouverture des négociations entre gouvernement et syndicats, qui impacta le quantum horaire. 12 heures d’enseignements-apprentissages perdues par semaine. Le taux de suivi des grèves de tous les ordres d’enseignements est important au point de pousser l’Etat à une éventuelle prolongation des examens nationaux. Les autorités attendent les rapports des inspections d’académie avant de se prononcer sur le prolongement de l’année. Ainsi l’école publique est paralysée, en dépit des propositions du gouvernement et finalement le chef de l’Etat d’augmenter l’indemnité de logement à 25 000FCfa échelonnée sur une période déterminée.

Le bilan de la marche nationale des enseignants qui a enregistré des blessés et des interpellations d’une dizaine d’enseignants avant d’être libérée, risque d’envenimer la situation. En plus de procéder à une retenue sur salaire des enseignants grévistes, le gouvernement, après sa proposition, a réprimé la marche des enseignants qui jusqu’ici avaient tenu leurs rassemblements à Thiès, Dakar, Saint Louis et Kaolack sans heurts. Une attitude de va-t-en guerre que les syndicats comptent répliquer à la hauteur de la démarche de l’Etat, à quelques semaines des examens nationaux retenus selon le décret de découpage de l’année scolaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *