Dans une fonction d’éliminer en douce : un pion incontrôlable qui n’est Ni Mahmoud, ni Saleh.

 

Pourquoi mon pays est tombé ci bas ? Qu’avons-nous fait à Allah pour mériter tout ce qui s’abat sur nous ? Pour vous mériter. Le seul fait d’avoir eu la faiblesse de croire en Macky SALL en 2012. Certes. Mais quoi d’autres ?

A la suite de l’excellent article de Serigne Cheikh Tidiane SY Al Amine qui avec humilité et sens du respect de la dignité humaine et des institutions de la « Res Publica » aussi lâches que peuvent être les personnes qui les incarnent. Je tenais à apporter cette petite contribution moins familiale et spirituelle au sens de la foi, mais très spirituelle au sens du travail de l’esprit. Donc, sans voguer dans une sphère confessionnelle, confrérique ou familiale du vénéré Seydil Hadji Malick SY RTA. Votre plume, « Mahmout », ne peut déstabiliser leur sens de la responsabilité.

Dans votre article paru dans le Journal l’Observateur vous dites que « le Président Mansour SY Djamil est un homme dépassé » voulant ainsi user indirectement de ses proches pour une contre-attaque envers leur frère, ami et ou guide religieux. Voilà, elle est vaine votre tentative. Je vous rappellerai certains faits qui sûrement vous rafraîchiraient les idées éparses, de par la vieillesse. Tonton. Et vous donnerai quelques questions qui mériteraient beaucoup plus de contenir votre temps lors de vos prochaines sorties que de vous acharner sur un honnête homme. Un homme à qui vous ne tarissiez d’éloge alors que vous vouliez de lui (en compagnie de plusieurs dignitaire de ce régime ce jour-là).

Rappelez-vous des discours qui se sont succédés lorsque votre délégation dirigée par le Président Macky SALL est venue rencontrer le Président Mansour chez lui à Fass. J’étais de ceux qui y étaient présents. Tant d’éloge, tant de dorures à l’endroit de la personne que vous voulez saquer aujourd’hui juste parce qu’elle se dresse en sentinelle face à vos dérives. Entre vous, disputez-vous de la rondeur entre le chiffre zéro (0) et la lettre (o) nous citoyens simples ce que nous voulons c’est du concret, du palpable.

Un homme du passé avec des idéologies… vous dites. Et même si vous disiez vrai. Et vous ? Vous êtes de ce temps ? Le croyez-vous vraiment ? Vous ne serez jamais lui. Vous qui avez brouté dans toutes les prairies fertiles des différents régimes qui se sont succédés, obsédé par le pouvoir et le goût du lux étanchés par l’argent des citoyens. Ou était Mansour en ce moment ? Il faisait aduler la destination Sénégal à travers les grandes institutions internationales connues et reconnues de par leur prestige et leur sérieux. Il est ce qu’il est, c’est-à-dire signifiant contrairement à vous. Qui vous connait. Vous vous êtes toujours cachés derrière un régime naissant après avoir quitté un navire coulant. Et je n’ose pas croire que ces impairs et magouilles au sein de ce régime « Salliste » sont de vous ? Et j’ose croire aussi que vous serez toujours avec lui lorsqu’arrivera l’heure de son déclin, tout proche.

Qu’avons-nous fait pour vous mériter ? Laxisme ou passiveté, Peut-être !

Tous les Sénégalais se posent les mêmes questions que décrie le Président Mansour. L’affaire Khalifa SALL dont une lecture politique que nous gardons serait pour l’exécutif de tout faire pour se départir de cette patate chaude lors de l’Appel de la manière la moins humiliante. Quoiqu’impossible. Mais la seule solution. Tous les Sénégalais savent quelles sont les raisons de cet acharnement et vous attendent au tournant. Vous pouvez prendre ce silence, ce reniement comme de la faiblesse. Elle vous exposera entre les mains.

La question du parrainage à quelle exigence de démocratie cela répond. C’est même avec gêne que des ministres incultes tentent de le justifier avec une arrogance débordante, décevante et qui ne les grandie aucunement.

La question de la disposition transitoire de la constitution tant soulevée par des constitutionalistes émérites. Le fait de taire cette question cache des non-dits. Le syndrome du troisième mandat est toujours pendant. On vous attend sur ces problématiques on ne peut plus démocratique que le parrainage.

La question du taux de croissance qui n’impacte point sur le quotidien des Sénégalais et les raisons sont connues de tous. Les Sénégalais sont fatigués.

La question de la réfection du building administratif dont nous devons en tant que citoyen être édifiés.

Les repris de votre régime, des gens épinglés par des rapports. Ceux qui combattaient hier Macky SALL aujourd’hui amis et alliés. On peut les citer à foison sans risque de nous tromper.

La grève des enseignants qui perdure à cause d’un manque de volonté.

Tant de questions mériteraient d’être posées et vous voulez que les gens se taisent. Même si par je ne sais quelle magie vous endormez les gens, nous ne sommes tous couchés. Et cette rage tapie en tous les Sénégalais épris de patriotisme, de justice et de paix vous atteindra. Ce jour viendra.Bes Du Ñakk.

Là où je voudrais terminer, n’était-ce pas votre protégé qui disait que les marabouts sont des citoyens ordinaires comme les autres. Si tel est le cas depuis quand un citoyen ordinaire qui a mis en place un parti politique légalement constitué devrait se taire face aux dérives qui ont fini d’être érigées en principe dans un ce pays. Faites une rétrospection, les Sénégalais sont fatigués.

 

  1. MawaNDIAYE

Coordonnateur de Bes Du Ñakk Diamaguène Sicap Mbao.

Membre du directoire national de Bes Du Ñakk,

 Et du directoire départemental de Pikine.

2ème Secrétaire élu à la ville de Pikine.

Conseiller Municipal DSM.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *