Les contraintes qui pèsent sur les voyagistes cités par Cheikh Bamba Dioum leur porte-parole sont : la demande d’une fiche d’exploitation, la date fixée pour le premier vol et une concurrence déloyale de la part de l’Etat.

Les voyagistes craignent aussi de ne pas pouvoir remplir leur quota, à cause d’un manque de communication de l’édition 2018 du pèlerinage.

Face à cette situation Cheikh Bamba Dioum interpelle l’Etat et l’inviteà résoudre ces manquements.