​Les survivants d’Ebola risquent des troubles mentaux

Une nouvelle étude montre que les survivants d’Ebola peuvent trainer des séquelles longtemps après. Les résultats de l’étude, menée par des chercheurs de l’Université de Liverpool et du Kings College de Londres, ont été rendus publics mercredi dans la revue Emerging Infectious Diseases.

Selon l’étude, les survivants d’Ebola souffrent de troubles neurologiques et psychiatriques longtemps après s’être remis de la maladie initiale.

Le document révèle que des survivants d’Ebola qui présentaient des symptômes de maladie mentale ou de troubles du système nerveux en Sierra Leone ont été identifiés et placés en observation.

Des chercheurs de l’Université de Liverpool et du Kings College de Londres ont découvert que beaucoup de ces survivants souffraient de migraines débilitantes, d’AVC, de dépression majeure et de troubles anxieux.

Le Dr Janet Scott, qui dirige le projet sur le syndrome post-Ebola, a déclaré que les résultats appuient le besoin d’études plus vastes sur les effets à long terme du virus Ebola.

Plus de 11.000 personnes sont mortes et au moins 28.000 cas ont été signalés lors de la plus grande épidémie d’Ebola qui a touché principalement la Sierra Leone, le Liberia et la Guinée de 2013 à 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *