Sonko: « L’épicentre d’une guerre entre libéraux et apéristes

La sortie épistolaire d’Ousmane Sonko fait jaser bon nombre de politiciens. Dans une déclaration par presse interposée, le leader du Pastef avait indiqué que “Ce ne serait pas un pêché de fusiller tous les Présidents qui se sont succédé à la tête du Sénégal». Par la suite, des sorties musclées et controversées surgissent de nulle part à  son encontre. Chose que la rédaction de Senegal7 tente d’analyser avec objectivité pour y ressortir les tenants st les aboutissants sur ce feuilleton qui est loin de connaitre son épilogue.

Trop c’est trop », avait déclaré  Babacar Gaye à travers un texte posté sur son compte Facebook, où le porte parole du Pds condamnait avec fermeté les allégations d’Ousmane Sonko. Me.Gaye  avait déclaré que « Trop c’est trop ! Nous ne nous laisserons pas lyncher sans raison et sans réaction ». Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, le leader du Pastef a aussitôt révélé qu’il  s’est entretenu au téléphone avec le président Abdoulaye Wade et que ce dernier lui a confirmé qu’il est de tout cœur avec lui concernant ses convictions et le combat patriotique qu’il est en train de mener. Dans la même vaine, le coordonnateur du parti démocratique sénégalais (Pds) vient en appoint apporter son soutien à son « frère », qui selon Oumar Sarr n’a rien dit de grave et que ce dernier est en parfaite collaboration avec leur secrétaire général, Me Wade.

Au demeurant, au-delà de ces considérations d’ordre formel,force est de reconnaître que ce rapprochement impromptu entre Me Wade et Ousmane Sonko n’est pas sans susciter des appréhensions de la part des libéraux mais aussi de certains sénégalais. Implicitement, cette complicité contextuelle  précarise quelque peu la candidature déjà controversée de Karim Wade. Les Karimistes qui se différencient des autres libéraux vont devoir cracher sur Sonko au moment où les inconditionnels du pape du sopi vont lui apporter de l’assistance. Ce qui fait que le camp libéral sera virtuellement divisé en fonction de ses enjeux internes.

Et face au Macky, ce sera une autre manche car, la majorité présidentielle va se heurter à un Pape du sopi qui semble enclencher le grand jeu pour démettre son successeur à la tête du pays. Ousmane Sonko pourrait bien affaiblir le Pds tout comme il pourrait les requinquer pour affaiblir le Macky. En tous les cas, les clivages sont énormes et une nette recomposition politique s’impose à tout le landerneau politique national en raison d’Ousmane Sonko. Le jeu en vaut la chandelle et le cas Sonko ne fait que  poser les prémices d’une « guerre » fratricide qui s’annonce entre apéristes et libéraux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *