Chine-Afrique : La dette chinoise, une aubaine ou un fardeau pour l’Afrique ?

Au cours des dix dernières années, les économies d’Afrique de l’Est ont emprunté 29,42 milliards de dollars pour développer leurs secteurs des transports, des communications, de la fabrication et de l’énergie. Les économies de la région consacrent maintenant près de 8 % de leurs revenus au service de ces prêts devenus un véritable fardeau financier. Analyse.

ncier. Analyse

Les économies de la région orientale de l’Afrique, inquiètent. Selon les analystes, ces encours d’endettement deviennent un lourd fardeau, d’autant plus que leurs impacts ne sont pas encore visible sur la croissance.

Les dernières données de l’Initiative de recherche Chine-Afrique (Cari) de l’Université John Hopkins montrent que l’Éthiopie doit 13,73 milliards de dollars à Beijing, suivie du Kenya à 9,8 milliards. L’Ouganda doit 2,96 milliards de dollars et la Tanzanie 2,34 milliards de dollars.
Le Rwanda, le Sud-Soudan et le Burundi sont ceux qui doivent le moins à la Chine, soit respectivement 289 millions, 182 millions et 99 millions de dollars.
Deborah Brautigam, directrice de Cari, a déclaré que le risque pour les emprunteurs africains est lié à la rentabilité des projets.
Selon Mme Brautigam , il est toujours important de voir si ces projets généreront suffisamment d’activité économique pour rembourser ces prêts, au lieu d’être considérés comme de simples occasions de couper des rubans.

 

Des projets avantageux
La majeure partie de l’argent, selon les recherches de l’EastAfrican, est allée au secteur des transports, suivi de l’électricité, des communications et de l’industrie manufacturière.

L’Éthiopie a reçu le plus grand nombre de prêts de Beijing en 2013, ce qui coïncide avec le lancement de son projet de chemin de fer à écartement normal commun avec Djibouti. Addis a absorbé plus de 6,62 milliards de dollars de Pékin pour ses mégaprojets, qui comprenaient également la création de zones de production.Les données montrent également que la nouvelle ligne de chemin de fer du Kenya représentait le plus gros montant de la dette de Pékin, soit 3,7 milliards de dollars en 2014.
China Exim Bank a été le financier de référence pour les gouvernements de la région, avec plus de 16,3 milliards de dollars.
La Banque de développement de la Chine a aussi avancé les économies de l’Afrique de l’Est de plus de 6,9 milliards de dollars, tandis que les autres prêteurs chinois doivent actuellement 6,1 milliards de dollars, selon les données.
En termes de financement sectoriel, l’Éthiopie a investi l’essentiel de ses fonds dans le secteur des transports (4,37 milliards de dollars), qui a été utilisé à la fois pour le projet de train léger sur rail d’Addis-Abeba et pour le chemin de fer Addis-Djibouti sur 700 km. Viennent ensuite les communications (3,16 milliards de dollars) et les projets énergétiques (2,54 milliards de dollars). Son secteur manufacturier, qui soutient ses zones industrielles spéciales en expansion, dont la zone industrielle de l’Est et Huajian International Shoe City, a reçu 2,02 milliards de dollars.

Le secteur de l’énergie de la Tanzanie reste le secteur le mieux financé par la Chine, avec 1,16 milliard de dollars. Dar es Salaam, qui n’a repris aucune dette chinoise sous le président John Magufuli, a reçu 552 millions de dollars pour son secteur des communications.

L’Ouganda, pour sa part, a vu son secteur de l’énergie recevoir le financement le plus élevé de Beijing, soit 1,92 milliard de dollars, tandis que son secteur des transports a absorbé 762 millions de dollars.
La dette du Rwanda envers la Chine pour le transport s’élève à 151 millions de dollars.
Donc selon Liu Qinghai, chercheur invité à Cari et directeur du Centre for African Economic Studies à l’Institut des études africaines de l’Université normale Zhejiang, « La Chine a donné la priorité aux infrastructures et a favorisé le développement durable de l’Afrique grâce à ces prêts, qui ont été utilisés pour la construction d’infrastructures, l’énergie et l’industrie manufacturière »

 

La dette « un fardeau »pour l’Afrique

Tim Jones, économiste à la Campagne pour le Jubilé de la dette, a déclaré que le problème de la dette du continent pourrait s’aggraver, surtout étant donné la nature opaque dans laquelle ils sont signés.

« Les problèmes d’endettement s’aggravent et de nombreux prêteurs en portent la responsabilité, pas seulement la Chine. Nous avons besoin de nouvelles règles pour obliger tous les prêteurs à divulguer publiquement les prêts consentis aux gouvernements au moment où ils sont accordés. Nous avons également besoin de voir ces prêteurs se restructurer et réduire leurs dettes », a déclaré M. Jones.

L’envoyé spécial de la Chine en Afrique, Xu Jinghu, a nié les allégations selon lesquelles Pékin alourdissait la dette de l’Afrique, notant que la Chine était le principal créancier du continent.
En effet, les données montrent que le continent doit plus aux prêteurs privés qu’à la Chine.
« Il est sans fondement de rejeter la responsabilité des problèmes d’endettement de ces pays africains sur la Chine. Leur endettement s’est  » construit au fil du temps, avant même que nous n’arrivions « .
« Nous devons examiner les fluctuations de la situation économique internationale par rapport au prix des minéraux, leurs principales exportations. C’est là que se situe le problème, et non pas les prêts chinois », a déclaré M. Xu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *