La fille de Tariq Ramadan après son audience avec le Khalife des mourides : « Serigne Moutakha m’a fait un… »

Arrêté depuis janvier 2018 pour des faits présumés de viol, suite à des plaintes de supposées victimes, l’islamologue Tariq Ramadan a vu la justice française rejeter sa quatrième demande de liberté provisoire. Sa fille qui est venue au Sénégal dans le cadre du combat pour la libération de son père. Maryam Ramadan est allée à Touba, se recueillir auprès du Khalife général des mourides Serigne Mountakha Mbacké.

Après sa rencontre avec le saint-homme, elle est revenue sur le contenu de la discussion. « Le khalife des mourides, Serigne Mountakha Mbacké, m’a accueillie mardi dernier (surlendemain Magal Touba). Je lui ai expliqué la situation de mon père avant de lui demander de formuler des prières pour lui », commence-t-elle par confier dans un entretien avec Seneweb avant de poursuivre : « Il a fait un très beau discours en nous demandant de continuer de nous battre. Car, il m’a dit que ce sont les hommes qui sont sur le chemin de Dieu qui sont éprouvés. Nous allons continuer la bataille et dénoncer qu’il est un prisonnier politique ».

Maryam Ramadan a aussi décrit l’état de santé préoccupant de son père en prison. « Mon père est atteint de sclérose. C’est une maladie très grave, une maladie dégénérative dont il souffre depuis 4 ans. Avant son incarcération, il avait les soins appropriés. Mais depuis qu’il est en prison, son état de santé s’est détérioré. Maintenant, il marche à peine. La première fois que je l’ai vu en prison, il était sur une chaise roulante. C’est très difficile pour nous de le voir dans cet état. Il marche avec un déambulateur. Il a des problèmes de concentration. Il a une douleur constante. Il a des migraines intenses et des crampes qui font qu’il ne peut plus dormir tranquillement. Il dort en moyenne deux heures par jour. Il n’arrive plus à écrire alors que c’est un passionné de l’écriture. Le premier médecin qui l’a consulté a dit que son état était incompatible avec l’incarcération. La situation nous inquiète énormément », s’inquiète-elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *