“ La lutte contre la propagation de fausses informations sur Facebook est d’une importance capitale’’ -Responsable

Facebook vient de lancer au Sénégal un programme de vérification des faits par les tiers (Fact-cheicking) en partenariat avec Africa Cheick et l’agence française de presse (Afp) et notre pays est le premier pays  en Afrique francophone où nous avons lancé ce programme.

Résultat de recherche d'images pour "senegal facebook (Fact-checking)"

Ce dispositif va permettre une évaluation de l’authenticité des actualités, tout en améliorant la qualité du contenu accessible aux utilisateurs à travers la plateforme. Pour mieux asseoir sa stratégie de lutte contre les Fake News, Jocelyne Muhutu-Rémy a annoncé le recrutement de 20.000 personnes en fin 2018 par Facebook pour renforcer la sécurité de sa plateforme qui enregistre 470 millions posts par semaine et qui compte 2,2 milliards d’utilisateurs chaque mois, dont 131 millions en Afrique subsaharienne.

“Nos partenaires Afp et Africa Cheick vont vérifier la crédibilité et la véracité des informations qui sont publiées sur la plateforme de Facebook. La lutte contre la propagation de fausses informations sur notre plate-forme est d’une importance capitale. Nous sommes fermement décidés à prendre les choses en main,’’ rassure Aida Ndiaye, Chargée des Politiques Publiques pour Facebook en Afrique Francophone.

Elle s’exprimait lors d’une conférence de presse marquant le lancement du programme « Fact-Checking » de Facebook, le premier du genre en Afrique francophone, mais déjà lancé en Afrique anglophone, notamment au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud.

Très en verve face aux journalistes, Mme Ndiaye de faire savoir que. “ La lutte contre la propagation de fausses informations sur notre plate-forme est d’une importance capitale et nous sommes fermement décidés à prendre les choses en main. Visant à améliorer la qualité du contenu accessible aux utilisateurs à travers notre plateforme, nous sommes convaincus que la détection et l’élimination des fausses actualités permettront de réduire jusqu’à 80 % de la portée organique d’un article, contribuant ainsi à freiner sa propagation et à déjouer les pièges financiers des auteurs de fausses informations”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *