Halte à l’éthnicisme et au régionalisme

On doit dans ce pays arrêter les lobbies et les discours confrériques, régionalistes et ethnicistes. Ils installent l’idée que la légitimité et la noblesse politiques se forgent non à partir d’une confiance électorale conquise mais d’une appartenance à un groupe sectariste, culturel, social ou familial. Non seulement cela effraie, mais il engendre la colère silencieuse, la haine tue et la résurgence d’une citoyenneté irrationnelle ou d’un engagement politique destructeur. La République est un ensemble de valeurs auxquelles il faut s’accommoder pour peu que l’ont soit responsable. C’est dangereux et grave, en conséquence, de manifester une complaisance de terroir et un soutien ethniciste qui , s’il n’engendre pas une situation désastreuse comme celle provoquée par la Radio des Mille et Une Collines- Allah nous en épargne- risque de fissurer des cœurs et de bouleverser des âmes. Ceux qui tiennent ces temps ci ces discours graves doivent arrêter.

Si on l’a Combattu avec Abdoulaye Wade en utilisant le mouridisme,  Macky Sall  avec les poulaar ,il serait lâche et hypocrite de ne pas le dénoncer avec Ousmane Sonko avec ses déclarations d’être fils de la casamance !

Aucune action n’est aussi déstabilisante   pour un Etat-Nation  que  celle de dresser les  habitants d’un même pays les uns contre les autres tout simplement pour satisfaire les ambitions  au pouvoir de quelques politiciens irresponsables. Le tribalisme, le régionalisme et le séparatisme, qui sont en train de  refaire surface au Sénégal, doivent être combattus sans état d’âme par tous les Sénégalais.

Les discours ethnicistes et régionalistes doivent être condamnés sans ambages.
il est important de savoir que l’une des raisons pour lesquelles la transition vers la démocratie est intrinsèquement problématique dans les sociétés ethniquement divisées est la pression pour la politisation des questions d’identité. Comme il est souvent plus facile de mobiliser le soutien en faisant appel à des allégeances ethniques ou régionales, plutôt qu’à des questions de classe ou d’idéologie, dans l’absence de régulations strictes

nous sommes plus que jamais appelés au devoir de vigilance. Nous devons exiger de notre classe politique de cesser d’utiliser les identifications partisanes et les clarifications idéologiques requises par le jeu politique démocratique. En démocratie, il est du devoir du citoyen de veiller sur la chose publique et de se sentir responsable de son gouvernement. Cette vigilance critique citoyenne est plus que nécessaire pour sauvegarder la paix sociale et la stabilité politique en notre pays.

Alioune Badara Mboup Secrétaire Général du mouvement Dafa Jott

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *