Second jet de financement de la DER : Les start-ups, la nouvelle orientation suscitée chez les jeunes

Trois mois après l’octroi d’une enveloppe de 10 milliards FCFA pour les premiers financements de la Der, le gouvernement a procédé, ce samedi, à la remise d’une seconde phase de financement avec le même montant, mais en accordant une part belle aux start-ups. Vu l’importance de l’impact de ces nouveaux logiciels dans la transformation économique et sociale des pays qui ambitionnent d’atteindre l’émergence, le chef de l’État cherche simplement à encourager la création et la recherche chez les jeunes.

 »Le fonds de 30 milliards de F Cfa destiné à financer l’entreprenariat rapide chez les jeunes et les femmes va être porté à 100 milliards FCFA ». Cette assurance du chef de l’État, hier, au centre Abdou Diouf de Diamniodio a suscité une salve d’applaudissements et nourri beaucoup d’espoir pour un financement généralisé pour ceux qui aspirent à promouvoir l’entrepreneuriat. Selon Macky Sall, beaucoup d’institutions comme la Bid, la Bad et la BM se sont sognalées pour accompagner les initiatives du gouvernement dans le domaine de la promotion des start-ups. Mais pour le moment, éclaire Papa Amadou Sarr,  »le Fonds est essentiellement orienté vers les femmes et les jeunes, est assuré par l’État via la Délégation générale à l’Entrepreneuriat des Femmes et des Jeunes (DER/FJ), dont la mission est le financement direct et rapide des entrepreneurs, la garantie auprès des institutions financières et bancaires, la promotion d’investissements innovants et l’accompagnement financier de projets catalyseurs et à fort effet de levier auprès des partenaires du Sénégal ».

Selon lui, c’est des prêts subventionnés avec des systèmes de garanties pour permettre aux populations de pouvoir emprunter sans apport et de rembourser avec un effet de levier, et pour le moment, quatre types de financement sont mis en place : Un modèle d’autonomisation économique appui à l’entreprenariat (Il s’agit d’un financement adéquat pour les populations avec des projets économiques simple octroyé à titre individuel ou collectif), un modèle de financement classé par métier (c’est un appui à l’initiative économique national où le financement est destiné à la création, à l’extension et à l’animation de pôles regroupant des corps de métier ou d’activités pouvant être structuré en chaine de valeur ), un type de financement incubateur (ce sont des jeunes ou des structures qui sont regroupés avec plusieurs programmes), un modèle de financement en entreprise qui vient en appui aux meilleurs projets qui seront validés par les partenaires de la DER /FJ.
Youssouf Ndiongue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *