POUR UNE MEILLEURE VISIBILITE DE SES ACTIONS

Le Club Plan Sénégal Emergent prône une rupture new-look

Le Club Sénégal Emergent, le Conseil des Entrepreneurs Sénégalais de Chine et le Conseil Chinois pour la promotion du Commerce Internationale, Conseil de Guangzhou font désormais cause commune vers le chemin de l’émergence du Sénégal. C’est dans l’intérêt de l’accord tripartite que ces acteurs viennent de signer un partenariat, à travers un diner d’affaires organisé à leurs intentions.

En droite ligne avec sa philosophie de base, qui se veut être  un cadre d’expression et de vulgarisation du PSE dans ses aspects économiques et sociaux,  et de l’axe treize du Plan Sénégal Emergent, le club Sénégal émergent vient d’embrasser un nouveau tournant de ces orientations stratégiques, à  travers un accord tripartite qu’il vient de signer avec le conseil des entrepreneurs sénégalais de chine et le conseil chinois pour la promotion du commerce internationale, conseil de Guangzhou et la chambre de commerce internationale de la Chine Chambre de Commerce de Guangzhou.

 

Selon Youssou  Diallo, président de Club Sénégal Emergent, « l’esprit de cette signature n’est point de rester dans la théorie,  mais de poser des actes et de prendre des stratégies communes pour relever des défis communs ». Toujours dans le même ordre d’idée, pour réconforter la thèse du président Diallo, le président du Conseil Chinois de la promotion du Commerce International  s’est réjoui de la vision du président Macky Sall, en paraphrasant un grand esprit humain, en l’occurrence le regretté Président  Mao TSE Toung qui disait, pour marquer la substance de la vision du président sénégalais : « Il n’y a jamais de fatalité pour un pays qui veut aller vers  l’émergence, à l’image des autres qui le sont déjà. C’est dire, par ailleurs, qu’il n’y a que des visions et des responsabilités désorientées ».

A en croire Mr Diallo, «  le Sénégal et la Chine cheminent ensemble depuis les présidents Senghor et Mao TSE Toung. Cette relation s’est beaucoup renforcée et élargie avec l’événement des président Macky Sall et Xi Zin Ping, Pas à pas, nous allons vers une symbiose de vision très poussée à l’image des rapports étroits qui lient les deux chefs d’état ». A son avis, « la meilleure illustration de la bonne santé de celle–ci est le démarrage de la récente visite du président Xi Zin Ping en Afrique dont la première étape était Dakar, sans parler des financements directs qui ont était mobilisés par la Chine pour le Sénégal et qui s’élève à plus de mille milliard de franc Cfa.   Ceci est tout l’intérêt de ce diner d’affaire » dixit  le Pca de la Sonacos. Connaissant le pays du soleil levant, Mr Diallo signale que « la province de Guangzhou, avec laquelle le Club Sénégal Emergent vient de signer est la plus grande ville de la Chine en terme économique. Ce qui fait le tiers du PIB de l’économie chinoise et qui compte plus de huit mille entreprises, y compris des entreprises sénégalaises». Dans la même veine, ajoute-t-il « cette rencontre avec les partenaires chinois est d’aller vers l’action totale pour un partenariat gagnant – gagnant entre les entreprises sénégalaises et celles de la province de Guangzhou. Pour ce faire, un mémorandum d’entente  sur trois points majeurs est signé afin de marquer ce grand bond en avant vers cet idéal recherché. De ce document, nous pouvons retenir, entre autres idées : la promotion du commerce d’importation et d’exportation, l’investissement, l’information commerciale, la communication et la coopération entre Guangzhou et le Sénégal, le tout pour  créer une plateforme de relation commerciale entre entrepreneurs chinois et sénégalais, et surtout de maintenir une coopération étroite à long terme entre les organisations tripartites. Mieux, il s’agira de fournir un service de consultation sur l’économie et le commerce, les douanes, la fiscalité, l’administration des affaires. Mais aussi, de fournir une assistance aux membres dans leurs activités respectives, et transmettre leurs opinions aux services gouvernementaux concernés pour en assurer le suivi des problèmes qu’ils rencontrent dans leurs activités à temps. Il s’agira aussi d’établir un centre de formation au Sénégal pour former et échanger la fabrication de pointe et la technologie dans divers domaines répondant a l’initiative belt and road ». C’est dans ce sens que Dr Daouda Thiam, président de la chambre de commerce de Dakar  a  magnifié cette rencontre, tout en préconisant une visite d’affaires a Guangzhou. Selon lui « nous sommes sur un bon rythme ». La rencontre a vu aussi la participation du directeur général de l’Agence de  l’Aménagement et de Promotions des Sites Industriels (APROSI), Mr Momathe Ba venu faire une présentation sur la vision, les missions et les potentialités du secteur qu’il dirige aux partenaires chinois. «  Le sous secteur de l’Industrie est un des projet-phares du Plan Sénégal Emergent. C’est un secteur qui recèle un grand potentiel dont le président de la République, Macky Sall  en a fait un des leviers phares pour tirer la caravane de l’émergence vers  le développement intégral du Sénégal », a déclaré Mr Ba. Qui ajoute : « l’objectif stratégique de l’agence est aujourd’hui au- delà des missions principales d’aménager, d’ici à 2035, trois plateformes intégrées conformes aux exigences écologiques en attirant des investissements directs et étrangers. Mieux, il permettra de mobiliser des ressources de financements publics et privés, et en assurer la bonne gestion et la maintenance des sites avec une bonne qualité des infrastructures, des appuis conseils et formation aux  entreprises, mais aussi et surtout, assurer l’intégration de l’économie sénégalaise dans l’économie mondiale, tout en favoriser le processus d’industrialisation autour d’un moteur d’activité à haute valeur ajoutée ». il faut rappeler que cette rencontre n’a pas été tout simplement un espace de discours solennels. Elle a été aussi, par l’imagination d’une des plus grandes intelligences humaines, nous voulons nommer Mr Bocoum,  adoucie par  les sonorités du groupe ‘’Bidew Bou Bess’’ dont on pouvait lire, dans les yeux des hôtes chinois, comment ils appréciaient  les notes africaines.

Cheikh Sow

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *