PREMIERE REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DU PROJET 50 MWS

DES AVANCEES NOTEES ENFIN DANS LA MISE EN ŒUVRE DE L’INITIATIVE

Deux ans, jour pour jour, après que la BAD, le COMESA, la CEDEAO et l’EAC signaient un protocole d’Accord d’un montant de 9,8 millions de Dollars US pour le financement du Projet ‘’50 Million Women Speak Platform’’, dans les 3 communautés sous régionales, se tient à Saly, dans le département de Mbour (région de Thiès), la première réunion du comité de pilotage mis en place pour superviser et encadrer les activités du projet. En présence des Equipe de Projet de la CEDEAO, du COMESA et de l’EAC, des Représentants de Réseaux, Fédérations et Groupements de Femmes Entrepreneures des pays de la CEDEAO, du COMESA et de l’EAC, d’importantes résolutions sont attendues pour faire sauter les barrières qui empêchaient aux femmes d’avoir accès à la bonne information pour disposer des financements pour leur parfaite autonomisation.

Avec cette première réunion donc, ce sera bientôt la vitesse de croisière pour la mise en œuvre de ce projet qui vise plus spécifiquement à créer une plateforme pour l’amélioration des capacités des femmes entrepreneures à travailler en réseau et à partager des informations. En effet, selon la Directrice du Centre de la Cedeao pour le Développement du Genre, Mme Sandra Oulate, « cette initiative qui est conforme aux dispositions relatives à l’autonomisation des femmes et des jeunes filles telles qu’énoncées dans l’Agenda 2063 de l’Union Africaine et les Objectifs de Développement Durable, entre parfaitement dans la droite ligne des politiques et programmes mis en œuvre par le Centre de la CEDEAO pour le Développement ». En effet, confirme Mme Fatima Siga Jagne, Commissaire aux Affaires Sociales et Genre de la Commission de la Cedeao, a, au nom de Jean Claude Kassi Brou, Président de la Commission de la CEDEAO, rappelé l’importance du démarrage des activités de la plateforme par cette réunion du comité de pilotage. Mieux, indique Mme la Commissaire, « nous sommes là pour apporter notre soutien politique et les orientations stratégiques nécessaires pour une meilleure mise en œuvre de ce projet dans nos trois communautés sous régionales. Car notre objectif commun à tous ici présents est d’œuvrer pour l’autonomisation de la femme africaine en lui offrant une plateforme dynamique d’échange et des opportunités d’affaires ». En effet, poursuit Mme Jagne Siga Fatima,  « c’est pour cette raison que nous avons tous accepté de mettre en place un dispositif opérationnel au niveau de chaque REC et des mécanismes de coordination et de collaboration qui méritent notre attention et notre appui constant ». La réunion du premier comité de pilotage prend fin le 4 décembre avec des résolutions attendues pour une mise en œuvre pratique de la plateforme.

Youssouf NDIONGUE

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *