Problématique de l’inscription à l’état civil : L’honorable député Moussa Sané porte le combat

L’enregistrement à la naissance est un droit pour un enfant ; il incombe aux parents de le respecter. En effet, selon les dispositions de l’article 51 du Code de la famille sénégalais, « Toute naissance doit être déclarée à l’officier de l’état civil dans le délai franc d’un mois (…) » (Extrait du Code de la famille sénégalais, Section 2, 1972). Le paradoxe de cette législation est que des milliers d’enfants en âge d’aller à l’école sont confrontés à un défaut d’acte d’état civil en raison d’une non-déclaration à la naissance.

C’est pour cette raison que l’honorable député Moussa Sané dans son intervention ce vendredi lors du vote du projet de budget du ministère de la gouvernance territoriale, du développement et de l’aménagement du territoire, a fait savoir que.’’L’enregistrement officiel de la naissance d’un enfant est un droit humain fondamental et un moyen essentiel de protéger le droit d’un enfant’’, a-t-il précisé.

Toutefois, face à ce phénomène, le député de Dakar, propose de faire l’enregistrement dès la naissance du bébé. Selon lui, ’’ On doit installer des agents municipaux dans les maternités ou dans les hôpitaux’’

La problématique de l’acte de naissance au Sénégal

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *