Ld: Ziguinchor, Bignona et Oussouye refusent tout soutien aveugle •

Le ministre Yéro Déh et Nicolas Ndiaye Secrétaire général de Ld « assise », n’oublieront pas de sitôt leur tournée dimanche à Ziguinchor, sanctionnée par une conférence publique dans un complexe hôtelier, non loin de la gouvernance.

Sur le thème pourquoi le choix de Macky Sall en 2019, le ministre Yéro Déh a d’abord tracé le parcours « symbolique » du Président Sall, évoquant une partie de son livre. Revenant sur le thème, il a expliqué que le choix porté sur le leader de l’Apr résulte d’un long diagnostic de ses actions depuis 2012 à la tête de l’Etat. Sectorisant son bilan, il a rappelé ses réalisations au niveau de l’éducation. « Le milieu éducatif est aujourd’hui pacifié. Les enseignants tâtent les promesses du Chef de l’Etat et les abris provisoires sont en passe de devenir un mauvais souvenir. » Au plan de la sécurité, la bataille de la sécurisation des personnes et des biens est assurée. Les citoyens sénégalais sont tranquilles et vaquent sans souci à leurs préoccupations. Au niveau infrastructurel, « partout au Sénégal, les bâtiments sont visibles. » Tout en se réjouissant de la suspension de la grève dans le secteur de la santé, le ministre Yéro Déh est d’avis que « même s’il reste des choses à faire », le bilan du Président Macky Sall mérite « le soutien de leur parti », la Ld, où il est Président d’honneur depuis le fameux congrès. Non sans revenir sur les bourses familiales, le Ter, la construction du pont de la Sénégambie, entre autres points. Cà, c’est le côté discours. Pour une conférence publique  d’un parti comme la Ld, où la contradiction est une des valeurs, les réactions ne se sont pas fait attendre. Les différents orateurs n’ont pas manqué de soulever des montagnes d’urgences sociales et de promesses non tenues. Même s’ils ne refuseraient pas de voter pour le candidat de Benno, il y a quand même « des préalables. » Des positions qui ont mis mal à l’aise la direction des jallarbistes qui ne pouvaient contenir ces brillants assauts. Des paroles de haute portée, dont les plus saillants pour ses souteneurs de Macky Sall, sont le chômage des jeunes, la grève des sortants de la Fastef, le retour des grèves des enseignants, les 40.000 étudiants mis dehors pour non-paiement. Et les complaintes ont continué de foisonner. Le ministre Benoit Sambou, sentant, en bon politicien, que la mayonnaise ne prenait pas, a filé à l’indienne. Les Jallarbistes n’ont pas apprécié sa fuite, parlant de « manque de considération et de courage ». Le clou de cette conférence publique restera certainement la sortie de ce militant de la première heure qui a attendu que le ministre Yéro Déh finisse de présenter un Sénégal où tout marche, pour dire à son endroit: «  j’ai acheté un téléviseur, mais je ne peux pas regarder la télé. J’ai acheté une radio mais je ne peux pas écouter les informations. Parce que je n’ai pas d’électricité! ». Sans commentaires

Pape Amadou Gaye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *