Campagne électorale au Sénégal: « si Thiès était un royaume, Idy serait (incontestablement) le seul roi »

« Si Thiès était un royaume », Idrissa Seck, candidat de la coalition « Idy 2019 » serait incontestablement « le seul roi », scandent plusieurs militants au meeting de leur candidat à l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février 2019, qui a entamé ce dimanche sa campagne électorale dans son fief.

Idrissa Seck, 59 ans, a quitté Dakar ce dimanche après midi pour Thiès, sa ville natale, pour ouvrir sa campagne électorale. Il a été accueilli par les milliers de partisans vêtus de tee-shirts orangers à son effigie. Idy a dû passer deux (2) heures de temps entre l’entrée de la ville et le lieu où s’est tenu le meeting, à cause de la foule. A son arrivée, il n’a pas pu accéder au podium. Son discours, il l’a tenu dans la foule, marquée par des bousculades.

« Thiès appartient à Idy. Si vous voulez avoir la confirmation venez ici. Si Thiès était un royaume Idy serait (incontestablement) le seul roi ». Ces expressions sont courantes dans la bouche des partisans de l’ancien Premier ministre de Abdoulaye Wade, qui se disent « confiants ».

Sur les pancartes des militants, on peut lire plusieurs slogans, dont « Idy mon choix » ou « Idy le gagnant ». Le candidat espère obtenir le soutien des exclus de cette présidentielle, notamment Khalifa Sall, qu’il ira « chercher à la prison s’il est élu », et de Karim Wade, exilé au Qatar. Il a obtenu le ralliement de gros recalés au parrainage que sont Malick Gakou, Hadjibou Soumaré, Amsatou Sow Sidibé et Moustapha Guirassy.

S’attaquant au programme du candidat sortant Macky Sall, Idrissa Seck a soutenu la vision de cet dernier « se limite à Diamniadio », une ville située à une trentaine de kilomètres de Dakar. Et lui, il compte élargir cette vision sur l’entendu du territoire à savoir dans la région de Tamba, Casamance, Fouta…..

A Thiès, ville située à 70 Km de Dakar et deuxième région la plus peuplée en termes d’électorats avec 901.216. électeurs, après Dakar qui compte près de 1.700.000, selon le fichier électoral, M. Seck a promis de « réhabiliter le train Dakar-Bamako ».

Second à la présidentielle de 2007, cinquième en 2012 avec 8% des voix, Idrissa Seck se présente pour la troisième fois à la présidentielle, malgré ses détracteurs qui estiment que c’est « la politique c’est fini pour lui », car il n’a plus aucun poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *