Boxe : Souleymane Cissokho, natif de Dakar, nouveau champion de France des super-welters

Après plusieurs mois d’arrêt, Souleymane Cissokho, médaillé de bronze olympique aux JO 2016 à Rio, a repris sa marche en avant en devenant champion de France des super-welters, samedi contre Romain Garofalo, son premier titre chez les professionnels. Zoom sur le natif de Dakar, un boxeur prometteur qui étudie le droit parallèlement.

Le capitaine de la « Team Solide » à Rio, âgé de 27 ans, a dominé Romain Garofalo (36 ans, 18 combats, 4 défaites) par K.O. à la 3e reprise. Il s’agit de la 8e victoire en autant de combats pour Cissokho, dont 6 avant la limite.

Cissokho, qui évolue dans la même écurie que le champion olympique des super-lourds Tony Yoka, avait déclaré avant le combat qu’il ne souhaitait pas défendre ce titre de champion de France en cas de succès, et avait dit vouloir s’attaquer avant la fin de l’année à la ceinture de champion d’Europe, propriété de l’Espagnol Sergio Garcia (26 ans), invaincu en 29 combats.
La voix est douce et posée, le sourire n’est jamais loin: le natif de Dakar (27 ans, 7 victoires en 7 combats, dont 5 avant la limite) est à mille lieux de l’image qui colle aux basques des pugilistes. Pas d’arrogance dans le propos ni de provocation gratuite, il respire le calme et la sérénité. Les clichés sur la boxe ont la vie dure mais Souleymane Cissokho, fils d’un banquier détaché à Paris par son établissement sénégalais qu’il a rejoint à l’âge de 4 ans, s’échine à les combattre aussi férocement que ses adversaires sur un ring.

Symbole d’une génération à la tête pleine

«La boxe a beaucoup évolué. Dans le groupe olympique de 2016, Estelle Mossely est ingénieure, Sarah Ourahmoune a fait Sciences Po, de nombreux boxeurs arrivent à mener ce double projet», rappelle-t-il.

Il reconnaît cependant qu’il a dû «mettre en pause» son Master de droit du sport en raison de son agenda chargé de boxeur mais «c’est toujours d’actualité», tient-il à préciser.

«Pour moi, c’est super important de l’avoir, c’est mon titre de champion du monde au niveau des études. Je vais essayer d’aller au bout», explique-t-il.

Avant de reprendre le chemin de la fac, il y avait toutefois un premier titre chez les pros et une couronne de champion de France à conquérir face au vétéran Romain Garofalo (36 ans, 17 combats, 3 défaites).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *